• Il est temps de dire " Au Revoir "


    Un jour, toutes et tous, nous nous départirons de notre corps de chair et libèrerons ainsi notre âme qui s’élèvera alors vers l’Astral.

    Ce moment est ce que nous appelons la mort et que, personnellement, je préfère appeler « L’âme hors » (l’âme hors du corps). Elle est l'évènement qui constitue la fin de la vie d'une personne. Comme écrit ci-dessus, seul le corps périt et cesse de fonctionner. L'âme, quant à elle, continue de vivre : elle poursuivra son ascension et son évolution sur d'autres plans vibratoires ou bien en se réincarnant sur Terre, selon son choix.

    Cet instant arrivera, quoi que l’on fasse, même si nous ignorons quand, car il est une étape obligatoire de la Vie de l'âme qui s'est incarnée.

    Tout le monde le sait évidemment, mais… beaucoup de personnes évitent littéralement et consciemment ce sujet… sans doute parce qu’il a une connotation négative et parce qu’il effraie.

    Pourtant, fuir toute conversation à ce sujet, c’est, je pense, faire le choix de rester dans l’ignorance, c’est aussi intensifier nos peurs et nos doutes relatifs à l’après-vie. C'est aussi être dans le déni de ce qui sera.

    Même si elle est programmée d’avance (vous pouvez lire ou relire mes articles sur le sujet " Apprendre à vivre... Apprendre à mourir..." sur http://les-vents-de-belara.eklablog.com/apprendre-a-vivre-apprendre-a-mourir-a159134574 ; " En savoir un peu plus sur l'âme " sur http://les-vents-de-belara.eklablog.com/en-savoir-un-peu-plus-sur-l-ame-a159160180 ), ce moment peut être totalement imprévisible.

    En effet, l’on peut être subitement « arraché » à la vie suite à un accident, une maladie... C’est peut-être la situation la plus difficile car nous n'avons pas eu le temps de nous préparer. Très souvent, nous réalisons alors qu'il y a beaucoup de choses que nous aurions aimé dire à la personne qui vient de nous quitter et que nous n'en aurons plus l'occasion. Souvent, les gens disent " Je n'ai même pas pu lui dire au revoir ".

    Il n’est cependant jamais trop tard pour le faire. Nous le savons, seul le corps physique ne fonctionne plus. L’âme quant à elle poursuit son existence. L'âme EST, l'âme DEMEURE CE QU'ELLE ÉTAIT, puis l'âme CONTINUERA D’ÉVOLUER. Qu’elle ait rejoint ou non le monde astral, elle nous entend, capte et ressent nos pensées.

    J'en profite pour faire une petite parenthèse... Il est une chose que j'ai comprise : il faut parler pendant que nous en avons l'occasion, dire à ceux qui nous sont chers que nous les aimons, leur offrir de notre temps, leur pardonner si nous avons quelque-chose à pardonner... Il faut apprendre à laisser de côté sa fierté, sa rancœur, sa gêne à exprimer ses sentiments parfois... ce qui nous évitera bien des remords par la suite.

    Quand la mort est prévisible (vieillesse, maladie incurable), nous pouvons mieux nous préparer à ces moments difficiles, même si ce n'est pas évident, tout comme nous pouvons aider la personne qui s'apprête à " partir " à bien (ou mieux) vivre ce passage.

    La personne concernée peut avoir envie de parler de ce qu'elle ressent, de ses craintes, de ses derniers souhaits ou bien ou souhaiter poser des questions à ce sujet. Dans certains cas, la personne ne peut s'exprimer oralement. Il faut alors être très attentif(tive) à ses gestes, ses mimiques et expressions du visage qui bien souvent en disent très long.

    Dans un cas comme dans l'autre, il est essentiel (quand cela est possible bien sûr) de rester à ses côtés, de lui accorder du temps, de l’écouter, la comprendre et de l’accompagner.

    Je pense qu’il est important d’écrire ici, qu’il ne sert à rien de mentir ni au sujet de son état (en lui disant par exemple qu’elle va guérir, de lui donner de l’espoir alors qu'il n’y en a pas) ni même au sujet de ce passage que l'on appelle la mort. En effet, le mensonge peut être pire pour la personne, pour son âme et son devenir, que le fait de reconnaitre que l'on n'est pas capable de répondre à certaines questions.

    Accompagner une personne en fin de vie est très difficile, mais c'est important, ne serait-ce que pour la rassurer de par une présence physique, l'écouter, l'apaiser avec la voix, lui tenir la main, l'aider à accepter son état et ce passage à venir.

    C'est aussi le moment de dire ce que l'on souhaite dire, ainsi que celui des " Au Revoir ". J'écris bien " Au Revoir " et non " Adieu ". Si pour plusieurs raisons, nous n'avons pu le faire au moment où le corps physique était encore en vie, nous pouvons le faire après, avec le cœur, avec la parole. Peu importe la manière, l'âme de celui ou celle qui nous a quittés est capable de capter la vibration de nos paroles ou de nos pensées.

    Je suis allée à l'essentiel, mais il y aurait encore beaucoup à écrire à ce sujet... Je terminerai avec ces quelques vers que j'ai écrit en juin 2013.

     

    Quand tu t'es envolé, j'ai refusé de te dire adieu,

    Adieu aurait signifié que jamais plus, je ne t'aurais revu.

    Je t'ai simplement dit "Au revoir mon Ange",

    Car je sais qu'un jour, nous nous retrouverons.

     

    Et avec beaucoup de recul, en sachant tout ce que je sais aujourd'hui, il ne peut y avoir d'adieux puisque l'âme de celui ou celle qui nous a quittés vit plus que jamais, même si c'est sur un autre plan.

     

    Bellara - Avril 2018

    © Tous droits réservés

     

    Art. L. 111-1 et L. 121-2. du Code de la Propriété Intellectuelle (CPI).

    Vous ne devez pas le recopier, ni partiellement, ni totalement, mais le partager tel quel avec la photo.

    Merci.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    7
    celine
    Mercredi 29 Avril à 18:21

    J'ai compris le sens de ton texte ma Léa, j'ai accompagné mon ange avec tout mon amour , j'ai fais tout ce que je pouvais pour le rassurer, j'étais présente 24h sur 24 mais je peux te dire que malgré tout je n'étais pas prête, je l'ai fais par amour sans vraiment comprendre, accepter que c'était nos derniers instants, je l'ai fais pour que sa souffrance soit un peu moindre, pour qu'il se sente un peu mieux ,sans penser qu'il n'y aurait plus de lendemain à ses cotés et malgré tout alors que je savais bien que rien ne changerait cette maudite fin, je m'accrochais à un stupide espoir et pourtant tu connais les dernières paroles que j'ai eu pour mon ange..Je suis entièrement d'accord avec ton article mais pour moi on n'est jamais vraiment prêt dans l'accompagnement de l’être aimé dans son autre vie  

    6
    celine
    Mardi 28 Avril à 20:17

    Mieux nous préparer quand on sait que la personne aimé va rejoindre une autre vie, je ne crois pas, pour l'avoir vécue je peux dire que malgré tout il y a des choses qu'on aurais aimé dire ou même faire et que malgré l'annonce on a toujours un espoir d'un miracle , on n'est je pense jamais vraiment pret, on ne reve qu'a une chose ,  se réveiller de ce cauchemar, j'ai accompagné mon mari jusqu’à son dernier souffle, dans mes bras, chez nous, et même maintenant avec ce que je sais sur l'après, les signes que m'envois mon ange, sa présence invisible , je ne me crois pas prête pour accompagner une fois de plus une personne qui m'est cher dans son autre vie....     

      • Mercredi 29 Avril à 18:57

        Je comprends et je sais ma Céline.

      • Mercredi 29 Avril à 09:44

        Je comprends parfaitement ce que tu as écrit et bien sûr je le respecte.

        Mais je pense que tu n'as pas compris le sens de mon article. Ce que j'ai voulu dire, c'est que lorsque malheureusement une personne qui nous est très chère doit partir, l'on aura beau faire ce que l'on voudra, nous ne pourrons pas changer les choses.

        Aussi, en étant plus prêt, c'est à dire en sachant un peu comment cela se passe, nous sommes plus à même de l'aider et l'accompagner dans ces moments, dans son passage et nous le faisons par Amour. Et même si nous ne savons pas grand chose, par la présence nous l'aidons et l'accompagnons.

        Je ne parle pas de ce que l'on ressent soi-même dans ses moments (évidemment que c'est injuste, très difficile à vivre et j'en passe...), mais de ce que celui ou celle qui part peut ressentir : la peur de l'inconnu, la tristesse de laisser celles et ceux qu'il/elle aime...Ne fait-on pas tout ce qui est possible pour le rassurer ?

        Nous savons que nous ne pouvons rien pour éviter ces moments, mais nous " mettons de côté " ce que nous ressentons pour que l'être aimé passe au mieux ce passage et je l'écris encore, nous le faisons par amour.

         

    5
    Jacqueline
    Mardi 28 Avril à 18:34
    Oui Léa c'est aussi le fait que je suis seule mes enfants travaillent et ne sont pas dans le même département j'ai souvent des nouvelles par téléphone merci Léa gros bisous du cœur Jacqueline
    4
    jacqueline
    Mardi 28 Avril à 09:16

    bonjour léa oui mais c'est très difficile la séparation d'une personne aimé il faut beaucoup de temps pour accepter mais je suis d'accord avec ce texte gros bisous du coeur léa 

      • Mardi 28 Avril à 18:09

        Bonjour Jacqueline,

        Je ne dis pas que c'est simple, bien au contraire.

        Ceci dit, c'est nécessaire, en tous cas, si nous souhaitons évoluer, mais il faut du temps, beaucoup de temps. Et, il est nécessaire pour y parvenir de passer par la compréhension, l'acceptation.

        Gros bisous du coeur

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :