• Une tasse de chocolat

     

    Un groupe de jeunes diplômés, ayant tous entamé une brillante carrière, a décidé de rendre visite à un vieux professeur en retraite. Pendant la visite, la conversation des jeunes se perdait en lamentations sur le stress immense qui avait envahi leur vie et leur travail. Le professeur ne fit aucun commentaire sur ce sujet et leur demanda s’ils désiraient prendre une tasse de chocolat chaud. Tous se montrèrent intéressés et le professeur se dirigea vers la cuisine d’où il revint quelques minutes plus tard avec une grande bouilloire et une grande quantité de tasses, toutes différentes (en porcelaine fine, en terre cuite rustique, en simple verre…), les unes d’aspect ordinaire, les autres très chères.

    Il proposa seulement aux jeunes de se servir à volonté. Quand tous eurent une tasse de chocolat chaud dans la main, il leur dit :

    «  Regardez comme vous avez tous cherché à choisir les tasses les plus jolies et chères en laissant les plus ordinaires et bon marché. Bien qu’il soit normal que chacun désire le meilleur pour lui-même, ceci est l’origine de vos problèmes, de votre stress. La tasse dans laquelle vous buvez n’apporte rien de plus à la qualité du chocolat chaud. Dans la plupart des cas, c’est seulement une tasse plus raffinée  et certaines ne permettent même pas de voir ce que vous buvez. Ce que vous vouliez réellement, c’était du chocolat chaud, pas la tasse. Mais, inconsciemment, vous vous êtes dirigés vers les meilleures tasses… ».

    Tandis que tous confirmaient l’observation du professeur, plus ou moins embarrassés, celui-ci continua :

    « Considérez maintenant la chose suivante : la vie est le chocolat chaud ; l’argent et la position sociale sont les tasses. Celles-ci sont seulement des moyens de contenir et de servir la vie. La tasse que chacun possède ne définit et n’altère pas la qualité de votre vie. Parfois, en se concentrant seulement sur la tasse, on finit par ne pas apprécier le chocolat chaud que la vie nous a offert ».

     

    Auteur inconnu

    -----

     

    J’aimerais connaitre l’auteur de cette magnifique histoire pour le remercier de nous permettre ainsi de reconsidérer certaines choses et/ou d’en prendre conscience.

    Dans la vie, il ne faut pas tout vouloir, ni même envier les autres pour ce qu’ils possèdent. N’est-il pas plus important de savoir profiter pleinement de ce que l’on a ?

    Il faut savoir se délester des côtés matérialistes, des apparences, du paraître, et se contenter du minimum, de ce que l’on est réellement. Je suis convaincue que les personnes les plus heureuses n’ont pas forcément tout ce qu’elles souhaitent, ni même tout ce que notre société de consommation nous pousse à avoir… et à être. Bien au contraire…

    Le paraître et la possession ne sont que des illusions de bonheur.

     

    Bellara – Septembre 2017

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    2
    celine
    Samedi 2 Septembre 2017 à 12:58

    superbe histoire et tellement vrai, on se fit trop à l'apparence plutot qu'écouter notre coeur 

      • Samedi 2 Septembre 2017 à 19:07

        C'est vrai ! On se fie trop à l'apparence, au pouvoir et à la possession... et c'est bien dommage, car on en oublie les valeurs essentielles.

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :