• Sombre douleur

     

    Extrait des paroles de Roland Giraud

     

    J'ai connu la détresse, parce qu'un enfant, c'est la chair de sa chair.

    Perdre un enfant, c'est le grand malheur par excellence, 

    Car c'est une chose qui n'est pas naturelle...

     

    Les moyens de m'en sortir ?

    On continue à vivre, à travailler, 

    On peut vivre blessé...

     

    Même si, dans mon cas, beaucoup de gens se sont mis à changer de trottoir,

    De très bons copains m'évitaient et m'évitent encore... parce qu'ils ne savent pas quoi dire.

    Que dire au copain qui change de trottoir...

    J'ai envie de lui dire : " Si cela t'était arrivé à toi, je t'aurais appelé."

    Je ne vois pas pourquoi on s'appelle seulement quand ça va bien, et pas quand ça va mal...

    Quand ça allait bien, j'avais des dizaines de copains.

     

    La compassion, c'est demander à l'autre :

    " Y a-t-il quelque chose que je peux faire pour toi ? " 

     

    Oui, je pense que l'on doit partager la peine. 

    Cela fait partie de l'amour d'autrui.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :