• Et si le coronavirus

     

    Cet article que je viens d’écrire n’a pas pour but de vous informer sur le COVID19 (n’étant ni médecin, ni épidémiologiste…, je n’ai pas les compétences pour le faire), ni même de faire croître la peur, la psychose. Au contraire !

    Il a pour objectif de vous donner des pistes de réflexion. Je suis sûre que dans cette situation, tout n’est pas négatif. Oui, vous commencez à me connaître : derrière le négatif, il y a du positif. Ces pistes vous ouvriront peut-être la voie !

    La peur est là et elle est compréhensible puisque nous traversons en ce moment même (et ce depuis plusieurs semaines, même si nous n’étions pas encore directement touchés) une situation pandémique.

    Il y a d’un côté ce virus (que les scientifiques ne connaissent pas encore très bien) et de l’autre, les mesures imposées que nous avons bien du mal à accepter, puisque nous n’avons encore jamais eu à faire face à de telles contraintes. Être confinés à domicile est/sera difficile, car nous perdons tous nos repères, mais ces mesures sont indispensables pour stopper cette pandémie.

    Au-delà de tout cela, nous pouvons nous poser quelques questions et essayer de voir la situation sous d’autres angles !

     


    QUESTION PRINCIPALE


    Cette pandémie, ne serait-elle pas la résultante d’un lien de cause à effet ? Ne serait-elle pas pour l’Univers un moyen de se rééquilibrer face à l’inconscience et à l’irresponsabilité des Humains et à ce qu’elles ont engendré ? Pensons seulement au dérèglement climatique (pour ne citer que cet exemple) et à ses conséquences pour l’humanité, la flore, la faune… Tout n’a-t-il pas sa raison d’être ?

     


    AUTRES QUESTIONS DE RÉFLEXION


    Pourquoi ce virus fait-il des ravages, continent après continent ? Ne serait-ce pas pour nous faire réfléchir, et surtout ouvrir nos consciences ?

    Sans aucun doute, mais, je pense qu’il y a du travail…  car malgré ce qui était et est, beaucoup sont restés inconscients, continuant à vaquer à leurs occupations comme si de rien n’était, sans même prendre les précautions indispensables (distanciation physique entre les uns et les autres, regroupements…).

    Beaucoup par peur, ont continué et continuent d’agir sur le modèle du  « Chacun pour soi », se ruant dans les magasins pour faire le plein et plus encore le sur-plein de nourriture, de papier toilette, de produits divers désinfectants, de médicaments… au cas où, sans même penser aux autres… Mais, la peur, la psychose n’entrainent-elles pas aussi, bien plus de conséquences que le virus ?

    Je vous invite à réfléchir à ces quelques questions :
    - Cette pandémie, en éveillant nos consciences, ne nous permettra-t-elle pas de retrouver les valeurs essentielles que nous avons mises de côté et oubliées au cours du temps, comme l’Amour (le vrai), la solidarité, l’altruisme, la tolérance… ?


    - Ne serait-il pas temps de devenir plus responsables en :
            * Diminuant la surconsommation et la surproduction ?
          * Oubliant un peu nos égos ? En cessant de ne regarder que nos nombrils ?
          * Cessant de vouloir et exiger toujours mieux, toujours plus ?
            * Cessant de croire que tout nous est dû et permis (au point même d’en écraser les autres) ?


    - Cette pandémie, n’est-elle pas aussi là pour nous faire comprendre, une fois de plus, que ce que nous avons déjà fait et continuons de faire à notre planète est plus que catastrophique et qu’il serait temps de STOPPER ? Regardez simplement, comme la pollution a diminué, comment la nature reprend ses droits et sa place depuis les confinements, l’arrêt ou le fonctionnement au ralenti des industries, la diminution très massive de la circulation (terrestre, aérienne, ferroviaire, maritime)… La question est : préférons-nous vivre ainsi, sans pollution ou souhaitons-nous continuer comme nous l’avons toujours fait ?


    - Ne serait-ce pas l’occasion de retrouver la réelle valeur du temps ? D’oublier que le temps c’est de l’argent ? D’arrêter de courir ? Ne serait-ce pas enfin le moment de prendre le temps de VIVRE ?


    - Le fait de se retrouver confinés en famille, ne serait-ce pas l’occasion de redécouvrir ce que ce terme « FAMILLE » signifie réellement ? Je crois qu’avant cela, nous allons malheureusement d’abord nous abrutir en passant nos journées sur nos smartphones, écrans de toutes sortes. Mais au bout d’un moment, nous allons réapprendre à nous connaitre, à redécouvrir nos rôles (parents, enfants), à communiquer, à retrouver une certaine complicité, à ressortir nos jeux de société et à vivre tous ensemble… Oui ! Nous allons reprendre en main la vie de famille (car beaucoup l’ont oublié) et même apprendre à l’apprécier. Nous allons vraiment profiter de nos enfants, jouer avec eux, les éduquer nous-mêmes puisque les crèches et écoles ne peuvent plus le faire à notre place… Alors, finalement, est-ce aussi grave que cela de se retrouver confiné chez soi, en famille ? Chacun doit trouver ses propres réponses.

     


    ET SI…


    Je pense et je crois que, finalement cette pandémie et les mesures qui en découlent nous offrent l’opportunité de :
    - Nous remettre en question, nous retrouver face à nous-même, prendre conscience de pas mal de choses et nous poser les bonnes questions. La principale à mon sens est : Jusqu’à aujourd’hui, à toujours courir après le temps, l’argent, à agir comme je l’ai toujours fait … étais-je plutôt en mode vie ou survie ? Il est une autre question à se poser personnellement : en quoi puis-je me remettre en cause ?


    - Reconsidérer ce qui est vraiment essentiel pour nous, les nôtres (au niveau de la consommation, de nos actions-agissements, de nos relations…). Ne serait-ce finalement pas par la privation de liberté, de produits… que nous réussirons vraiment à prendre conscience de la valeur de l’essentialité ? Nous pensons trop que tout ce que nous avons, nous faisons nous est indispensable, mais ne sommes-nous pas dans l’erreur la plus totale ?  


    Voilà quelques sujets de réflexion, même si je ne les ai bien sûr pas tous abordés. Chacun(e) trouvera ses propres réponses si bien sûr, il/elle le souhaite réellement. Il y a déjà de quoi ouvrir et faire évoluer nos consciences.

    Prenons le temps de réfléchir. Je pense que nous avons beaucoup à apprendre de cette situation inédite : nous devons en comprendre et en retirer certains enseignements.

    Ce qui est triste finalement, c’est qu’il ait fallu attendre d’être dans l’obligation de le faire pour comprendre. Avant, ce n’était qu’une option, une opportunité mais nous ne l’avons pas choisie, ni saisie. C’est triste d’avoir attendu qu’une pandémie nous frappe pour comprendre ce que devrait être vivre dans l’égalité, la fraternité


    Cette étape restera sans doute historique. Ce qui est certain, c’est que nous sommes tous égaux face à ce virus (chacun d’entre nous peut en être la cible) même si bien sûr et malheureusement, certaines personnes sont plus fragiles que d’autres.

    Ce n’est que, si nous agissons tous ensembles pour la même cause que nous réussirons : le CIVISME, la RESPONSABILITÉ, l’ALTRUISME, la SOLIDARITÉ et l’AMOUR sont les clés pour nous en sortir.

    Il est temps d’oublier nos fonctionnements et comportements individuels, matérialistes, consuméristes. Ce n’est pas à « Chacun pour soi » qu’il faut penser, mais c’est ENSEMBLE ET POUR TOUS. C’est en respectant les règles d’hygiène (barrières) et les mesures de confinement à la lettre, que nous nous protégerons ainsi que les autres. Agir ainsi, c’est être dans l’Amour.

    Inutile de chercher les responsables, de savoir pourquoi ce virus est apparu maintenant… CE QUI EST, EST. Il y a des choses que nous ne pouvons contrôler et celle-ci en fait partie. Le seul contrôle que nous pouvons avoir sur ce virus, c’est d’en limiter la propagation en étant RESPONSABLES.

    Cela engendre certes des bouleversements et contraintes dans nos vies, et le meilleur moyen pour y parvenir c’est d’accepter et de lâcher prise en particulier face à la peur (de ce qui pourrait être, arriver).

    Fuir, dans tous les sens du terme, ne sert à rien. Fuir pour partir ailleurs (d’ailleurs, je ne sais où puisque le virus se répand de partout), fuir la réalité, fuir ses responsabilités ne sert à rien, et de plus, ce serait rester dans l’individualisme.

    Que nous le croyons ou non, nous sommes tous liés et interdépendants les uns des autres. Si ce n’est physiquement parlant (car cela n’est pas possible), nous pouvons nous rapprocher les uns des autres fraternellement et socialement. Nous sommes toutes et tous dans le même bateau et nous sommes sans doute en train d’écrire une nouvelle page de notre histoire et de l’histoire de l’humanité. Restons dans l’Amour et la confiance et suivons le chemin du cœur  et n’ouvrons pas la porte à la peur.

     


    QU’EN SERA-T-IL APRÈS ?


    Tout le monde l’ignore !
    - Nul continent, nul pays ne semble épargné. Peut-être repartirons-nous quelque-part TOUS à zéro mais tous à égalité ?
    - Peut-être, repartirons-nous sur une nouvelle société… Une société qui aura retrouvé ses valeurs fondamentales : la bienveillance, la tolérance, l’empathie, l’attention, l’écoute, le partage, l’entraide, l’égalité, l’altruisme, la responsabilité… ?


    Oui, peut-être que ce sera un nouveau départ, totalement différent. Je pense que notre vie après ne sera plus celle qu’elle a été avant. Nous aurons peut-être pris/repris conscience qu’il y a tout autour de nous pleins de choses qui sont bien plus importantes que nous le pensions, voire essentielles : la famille, nos enfants, la nature (flore, faune), le ciel (même si nous ne pouvons les voir que de nos fenêtres), le chat qui dort sur le fauteuil…  Rester confinés ensembles en famille durant des semaines nous mettra aussi à l’épreuve et sera un moment de vérité : soit l’on se déchire, soit l’on se rapproche plus encore

    Dans cette tempête que nous traversons et allons continuer de traverser, nous allons apprendre à vivre dans le moment présent (de manière forcée certes) et apprendre la valeur d’un instant.

    Finalement, ne serait-ce pas cette pandémie, cette difficile expérience qui nous fera prendre conscience de la réelle valeur de la vie et combien elle est précieuse ? Ne serait-ce pas finalement en étant séparés que nous retrouverons l’unité ? Parce que nous aurons peut-être failli les perdre, nous prendrons conscience de la réelle signification de l’Amour et de la Vie ! ! !

    Après tout, ne sommes-nous pas toujours en train de nous plaindre de devoir toujours courir, travailler et ne pas pouvoir profiter de la vie ? Même si elle n’est pas des plus agréables, l’occasion est là. Alors saisissons-la et gardons confiance.

    Et si nous n’avons toujours rien compris et ne voulons toujours pas comprendre, nous repartirons comme si de rien n’était (malheureusement) jusqu’à ce qu’un nouvel épisode (identique ou différent) vienne nous rappeler à l’ordre.

     


    ET… ENFIN…


    Je terminerai par des pensées profondes et un soutien sincère à :
    - Tous ceux qui œuvrent pour accueillir, soigner les personnes malades, sauver leurs vies (personnels médicaux, paramédicaux tels qu’ils soient) qu’ils soient en secteur hospitalier ou en libéral
    - Tous les agents de service hospitaliers, qui ne l’oublions pas, jouent un rôle essentiel pour assurer la propreté, la désinfection du matériel, des locaux…
    - Pour toutes les personnes qui travaillent en structures ou à domicile auprès des personnes fragiles (personnes âgées, handicapées, malades divers dont l’état nécessite leur intervention…)
    - Tous les personnels de ces structures qui assurent la restauration, la logistique…
    - Tous ceux qui assurent le transport des malades, (ambulanciers, pompiers…) les diverses permanences téléphoniques (SAMU, ARS…)
    - Tous les gendarmes, policiers qui veillent au respect des règles et qui ainsi permettent de limiter la propagation de ce virus et assurent notre protection.
    - Les assistantes maternelles et divers professionnels qui assurent la garde des enfants des professionnels de santé…
    - Tous ceux qui continuent de travailler pour assurer la fabrication, le conditionnement, l’approvisionnement, l’acheminement et la distribution de la nourriture, des médicaments…
    - Tous ceux qui assurent d’autres missions essentielles auxquelles nous ne pensons pas forcément : électricité, eau, ramassage et traitement des ordures, de la communication (je pense à la communication indispensable pour lutter contre cette pandémie), transport (obligatoire pour aller travailler) …

    - Les enseignants qui font de leur mieux pour assurer la continuité des cours
    - Les militaires qui apportent leur aide aux structures hospitalières afin de les soulager
    - Tous les bénévoles quel que soit leur domaine d’intervention (trop nombreux pour les citer)
    - Pour toutes les victimes et leurs familles…

    Je ne les ai sans doute pas toutes citées, mais mes pensées vont vers toutes ces personnes qui œuvrent pour les autres, quels que soient les métiers, qu’elle que soit la manière car dans ces cas-là, il n’y a pas de petites actions : toutes les actions sont grandes !


    Je crois et en tous cas, je l’espère vraiment, que… nous allons vraiment apprendre à nous serrer les coudes, à marcher ensembles dans la même direction dans cette lutte contre cette pandémie. Hormis celles et ceux qui doivent travailler, la seule chose que nous DEVONS faire est d’être responsables et de rester chez nous. En prenant toutes les précautions, nous pouvons et devons aussi aider celles et ceux qui sont seul(e)s et qui ne peuvent se déplacer. 

     

    Bellara – Mars 2020
    © Tous droits réservés

    Art. L. 111-1 et L. 121-2. du code de la propriété intellectuelle (CPI).


    Vous ne devez pas le recopier, ni partiellement, ni totalement, mais le partager tel quel avec la photo.
    Merci
                                                                                                                                                                                     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    6
    Clauclau
    Vendredi 27 Mars à 21:47
    Voilà seule et a l'instant j'ai fait une crise d'angoisses par rapport à tout ce qui se passe et le confinement
      • Samedi 28 Mars à 10:13

        Bonjour Clauclau,

        Je sais que ce n'est pas facile et si vous êtes seule, cela doit encore l'être bien plus. Surtout, il faut garder confiance et espoir et ne pas ouvrir la porte à la peur. Essayez de vous divertir, de penser à autre chose : lire, regarder un film... et je vous propose de regarder mon blog : il y a plein de photos qui vous feront l'espace d'un instant oublier tout le reste.

        Je vous envoie tout mon soutien, des ondes positives. Bisous à vous Clauclau et douce journée

    5
    celine
    Vendredi 27 Mars à 20:12

    Alors la ma Léa ton article m'a énormément interpellé, il est  rempli d'un tel bon sens..... Je suis entièrement d'accord avec ce que tu écris, nous avons perdu le sens de la vrai vie en nous attachons à des futilités que l'on croit indispensable parce que nous avons oublié ce qu'était de vivre ensemble. C'est très triste ce qui arrive dans le monde entier avec ce virus qui n'épargne personne mais j'aime à croire que le jour ou l'on s'en sortira on en tirera la leçon et apprendrons à vivre sérieusement autrement, avec la vrai valeur de la vie. Alors oui en ce moment ce que nous traversons est difficile mais comme tu l'écris si bien cela nous permets en étant confiné de retrouver une vie de famille, les joies des jeux de société avec nos enfants , reprendre contact avec les gens qu'on aime, les discussions à table, tellement d'autres choses que l'on perds parce qu'on a pas le temps du fait de travailler ou trop fatigué. Recentrons nous sur l'essentiel, l'amour des siens, l'amour des autres, la solidarité, l'entre aide... Alors voyons le coté positif de ce confinement et prenons conscience de tout ce que l'on faisait plus, pour profiter du moment présent. Il serait bien que les gens le comprennent et appliquent les consignes de ce confinement pour éviter la propagation. Je te remercie aussi de penser à ces personnes qui n'ont pas le choix de continuer de travailler dont je fais partie. Un magnifique article ma Léa qui j'espère fera réfléchir et se questionner......

      • Vendredi 27 Mars à 20:55

        Coucou ma Céline et merci pour ton long commentaire.

        Oui, nous avons énormément à comprendre et à apprendre de cette épidémie, même si cela est dur pour beaucoup à accepter. Je comprends que ce soit difficile d'autant plus pour celles et ceux qui ont perdu un être cher, mais pourtant...

        Il y aurait tant et tant de choses à écrire, mais j'en ai déjà écrit beaucoup dans mon article.

        Je souhaite de tout coeur que beaucoup comprennent et suivent la bonne direction. Je reste positive

        Plein de gros bisous du coeur et une douce soirée à toi

         

    4
    jacqueline
    Vendredi 27 Mars à 20:08

    bonjour léa très contente de vous retrouver c'est sure que si il n,y aurait pas eu cette pandémie c'était mieux merci pour ce texte et faites très attention à vous gros bisous

      • Vendredi 27 Mars à 20:50

        Re-Bonsoir Jacqueline

        Comme je vous l'ai écrit sur une autre photo, je suis également très contente de vous retrouver.

        C'est difficile cette pandémie pour plein de raisons, c'est vrai. Je pense à toutes ces personnes qui doivent travailler et qui chaque jour, mettent leur vie en danger. Je pense à toutes les personnes malades, à celles qui ont perdu la vie, ainsi qu'à leurs famille.

        Mais, nous avons beaucoup à apprendre aussi dur que cela soit.

        Gros bisous du coeur et douce soirée à vous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :