• Comme ce petit colibri...

     

    Je suis dotée (je crois d’ailleurs que je l’ai toujours été) d’une imagination grandiose… Je me souviens… cela n’est pas si ancien que cela, d’un temps où j’avais des idées un peu loufoques…

    Je rêvais et j’aspirais détenir des pouvoirs magiques… Non pas pour devenir plus riche, plus belle, plus intelligente, plus ceci ou plus cela… mais pour « refaire le monde », ou tout au moins pour l’améliorer afin que disparaissent la misère, la pauvreté, les injustices, les souffrances, les conflits, les guerres…

    Je sais, c’est totalement stupide ! Ce rêve ne peut se réaliser, certes, mais, il m’a permis de prendre conscience que je pouvais agir par moi-même, à mon échelle en semant ici et là des petites graines de bonheur, d’écoute, de compassion, de tendresse, d’amitié, d’amour, de tolérance…

    Cela me rappelle la légende Amérindienne du petit colibri. Vous la connaissez sans doute aussi ! Souvenez-vous ! C’est dans une lointaine forêt que se déclencha un immense incendie. Tous les animaux, se sentant totalement impuissants pour le combattre, restèrent là, contemplant le désastre. Seul un petit colibri s’activa en faisant des allées et venues, rapportant dans son bec des gouttes d’eau pour les jeter sur le feu. C’était certain ! Devant l’ampleur du feu, jamais il ne pourrait l’éteindre… mais au moins, il ne resta pas inactif !

    Tout cela pour dire, que je ne peux malheureusement refaire le monde, mais chaque jour, je peux contribuer à ma hauteur, selon mes possibilités, à donner du baume au cœur à quelqu’un, à lui offrir un peu de mon temps, à aimer les miens et les autres. Je ne peux faire de grandes choses, mais l’important à mes yeux, est de toujours agir avec mon cœur.

    Mes actions sont relativement simples et je peux vous en citer quelques exemples.

    Chaque jour, devant la boulangerie, il y a homme relativement âgé, assis, un sans-abri. Quand je le peux, j’achète un sandwich et/ou une viennoiserie avec une boisson et les lui offre en sortant. Quand je ne peux le faire, je lui accorde simplement quelques minutes, lui demande comment il va, lui sourit, lui parle un peu… Ce n’est pas énorme, c’est vrai, mais je vois ses yeux s’illuminer, un sourire se dessiner sur son visage, et cela me rend heureuse. En repartant, je me dis « C’est si peu ce que j’ai fait aujourd’hui… J’aimerais faire tellement plus… mais, au moins, j’ai contribué à égayer un peu sa journée. Je n’ai pas, comme beaucoup de personnes que j’ai pu voir, changé de trottoir en le voyant… Je ne suis pas passée devant lui en l’ignorant… ».

    Il est un autre exemple que je peux vous citer. Aujourd’hui, dans notre monde ultra-technologique, il existe un tas de sites et d’applications qui nous permettent par exemple de vendre nos vêtements, les choses que nous ne voulons plus ou qui ne nous servent plus. Il faut sans doute évoluer et vivre ainsi, mais, avec ces systèmes, que devient la solidarité ? On vend pour gagner de l’argent… d’accord ! Mais… Pourquoi toujours vouloir posséder ? Pourquoi toujours penser à l’argent, aux gains ?

    Vous me direz peut-être : « Chacun fait comme il le souhaite, comme il l’entend ! ». Vous aurez raison et je respecte chaque point de vue, évidemment, mais, pour ma part, cela me dépasse ! Je suis très loin d’être riche, mais cela n'est à mes yeux pas important, en tous cas, pas le plus important ! Je préfère donner ! Je sais qu’il y a des personnes encore moins bien loties que moi.

    J’apporte mes vêtements aux associations afin qu’elles les distribuent et qu’ils puissent profiter aux personnes les plus nécessiteuses. Il m’est arrivé (et cela m’arrivera sans doute encore) de leur donner des meubles, jouets… J’ai apporté aussi des couvertures à la SPA pour que les chiens ou chats ne soient pas couchés à même le sol… Je n’ai pas encaissé d’argent, mais j’ai bien plus gagné autrement et cela me rend heureuse !

    Je n’ai pas de pouvoirs magiques comme j’aimais/j'aime me l’imaginer, mais j’ai en moi celui d’être, d’agir et de rester comme ce petit colibri dans ce monde matérialiste et bien trop individualiste.

     

    Je ne suis pas riche d’argent, mais, je le suis davantage autrement !

    La richesse de mon cœur a bien plus de valeur que tout l'or du monde !

     

    Bellara – Janvier 2019

    © Tous droits réservés

    Art. L. 111-1 et L. 121-2. du Code de la Propriété Intellectuelle (CPI).

    Vous ne devez pas le recopier, ni partiellement, ni totalement, mais le partager tel quel avec la photo.

    Merci.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    2
    celine
    Lundi 30 Mars à 17:43

    magnifique!!!!!

      • Mardi 31 Mars à 19:08

        Merci beaucoup ma Céline

        Gros bisous du coeur

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :