• Une vie brisée

     

     Pour une lecture plus aisée, vous pouvez cliquer 2 fois (clic gauche) sur la photo pour l'agrandir.

     

     © Texte protégé
    Art. L. 111-1 et L. 121-2. du code de la propriété intellectuelle (CPI).

    Vous ne devez pas le recopier, ni partiellement, ni totalement, mais le partager tel quel avec la photo.
    Merci.

     

    Souvent, je me demande : " Pourquoi cette rubrique ? Dois-je continuer à partager ces textes ? "... Et puis, il y a cette petite voix intérieure qui me dit : " Oui, continue ! Tu dois le faire et tu le sais. Tu dois le faire pour toi mais aussi pour les autres. C'est une manière de leur dire que l'on peut s'en sortir. Regarde le nombre de messages que tu reçois chaque semaine... Prends conscience du nombre de victimes qui te demandent de les aider... Prends conscience de l'aide et du soutien que tu leur apportes... Elles ont trouvé ici une main tendue ! Tu dois continuer sur cette voie ! ".

    Quand je les relis, je me dis : " Que de chemin parcouru depuis (même s'il m'en reste encore beaucoup à parcourir) ! ". Je suis sortie de cet enfer... J'ai réussi à sortir de ces sables mouvants qui me tenaient prisonnière ".

    Les cicatrices sont toujours là, évidemment. Jamais, elles ne disparaitront...

    Les cicatrices physiques sont comme marquées au fer rouge... Je ne peux les effacer... Elles me rappellent tant de choses... mais elles me disent aussi : " Tu t'en es sortie ! Tu as été plus forte que tu n'aurais pu l'imaginer ! ". C'est vrai, même s'il m'a fallu pour cela, faire le deuil de ma vie d'avant, car plus jamais, je ne serai la même.

    Les cicatrices psychologiques, mentales ne sont pas des moindres non plus... Mais, sur celles-ci, j'ai pu " travailler " et je travaille toujours dessus. Ce travail est essentiellement passé par l'acceptation. Oui... Ce qui a été a été et cela, jamais, je ne pourrai le changer. Donc, pour m'en sortir, je n'avais pas d'autre choix que celui d'accepter pour ensuite me reconstruire. Comme déjà sans doute écrit, refouler est pire encore... et cela, j'en suis pleinement consciente aujourd'hui. L'acceptation, le lâcher-prise, la reconstruction... sont très très difficiles mais pas impossibles. La chose la plus difficile à faire concerne bien sûr le pardon. Tout cela prend énormément de temps et en prendra sans doute encore beaucoup... mais, je sais que cela était (et est toujours) nécessaire pour aujourd'hui et pour demain... J'ai encore tant de pas à faire... mais, ce que je sais, c'est que chaque petit pas de fait, est un pas de gagné.

    Tout cela fait partie de mon histoire... Et la suite de mon histoire, j'ai envie de l'écrire, de la vivre et ce, malgré ces cicatrices. La vie est vraiment trop précieuse pour rester enlisée et ne faire que survivre. Oui, je veux VIVRE !

     

    Bellara - Octobre 2018

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    4
    celine
    Jeudi 15 Novembre 2018 à 07:49

    poignant ma Léa ton poème!!!!!! 

      • Vendredi 16 Novembre 2018 à 08:12

        ... Seul compte là où j'en suis maintenant... C'est là le principal message que je veux transmettre : On peut s'en sortir, même si c'est difficile, même si c'est long.

    3
    Jacqueline
    Mercredi 14 Novembre 2018 à 11:25
    Merci Léa moi je suis super contente de voir et de lire je le sens moins seule et ça me permet de poursuivre ma route gris bisous Léa
      • Mercredi 14 Novembre 2018 à 11:40

        Merci à vous aussi Jacqueline. Je suis heureuse que vous aussi, de votre côté, vous avanciez aussi. Gros bisous du coeur et plein d'ondes positives pour vous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :