• Entre ciel et terre

     

     

    Un bateau s'en va, il quitte notre rive.

    Pour nous qui sommes sur cette rive,

    Nous voyons les passagers du bateau qui nous quittent,

    Et cela nous rend tristes.

    Mais pour ceux de l'autre rive, quelle joie !

    Car ils le voient arriver.

     

    Et pour ceux qui sont partis, après la tristesse des adieux

    À ceux qu'ils aiment et qui les aiment,

    Quel bonheur de découvrir enfin ces horizons infinis,

    Horizons infiniment plus beaux que ceux qu'ils ont laissés,

    Ici, sur notre rive !

    Et voilà qu'en pensant au bonheur qui les attend,

    Nous oublions notre peine, et nous nous réjouissons,

    De les savoir bientôt plus heureux qu'ici.

     

    Notre rive, à nous qui pleurons c'est la terre.

    L'autre rive où ils parviennent, c'est le ciel.

    C'est ça la mort.

    Il n'y a pas de morts, mais des vivants sur les deux rives.

      

    Mgr Joseph Rabine

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :