• En route vers les bananeraies - 2

     

    L’ordonnance royale du 7 septembre 1736 autorise la plantation de vingt-cinq bananiers plantain par esclave possédé. La banane plantain est l’aliment principal des esclaves aux Antilles. Contrairement à la canne à sucre, la culture de bananes n'est pas associée à l’esclavage ni au commerce avec la métropole.

    En 1892, la banane dessert est introduite aux Antilles.

    En 1928, le bananier est surtout cultivé dans les plantations de café et cacao pour fournir de l'ombre à ces cultures. La Guadeloupe et la Martinique ne fournissent alors que 7 % du marché Français.

    Au cours des Trente Glorieuses, la production de bananes aux Antilles se développe : elle passe de 77 000 tonnes en 1946 à 260 000 tonnes en 1962, grâce aux navires réfrigérés.

    En 1993, afin de lutter contre la concurrence des multinationales qui proposent des bananes d’Amérique latine à des prix inférieurs, l’Union Européenne met en place des mesures pour aider les producteurs européens à maintenir leur compétitivité.

     

    En route vers les bananeraies - 2

     

    La culture de bananes est une activité qui occupe toute l'année une main-d’œuvre nombreuse et de plus en plus qualifiée. Des services de fret maritime réguliers ont été créés pour favoriser les exportations.

     

    Bellara- Avril 2017

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :